Etudes de Droit et santé

Etudes de Droit et santé ? Quel rapport ?

Les études de Droit sont très éprouvantes. Elles nous soumettent à de rudes épreuves. Nous devons acquérir une force mentale et psychologique importante. Pour cela, il est important d’avoir une santé de fer.

Or, avoir une bonne santé implique d’avoir les outils permettant de comprendre son corps et d’agir sur sa santé. Je n’ai pas fait d’études de médecine. Je suis simplement passionné par la santé au sens large. A travers mes articles, je souhaite d’aiguiller dans ta quête d’une santé solide pour réussir tes études et ta vie.

Pour ma part, je pense que la santé repose avant tout sur ces 3 piliers :

  • la respiration et le sommeil
  • l’alimentation et le jeûne
  • les relations sociales et le développement personnel
Etudes de Droit et santé
Etudes de Droit et santé

La respiration et le sommeil

Etudes de Droit et santé

L’alimentation et le jeûne

Etudes de Droit et santé

Les relations sociales et le développement personnel

Les inclassables

Retrouve ici les articles inclassables. Ils parleront de ces 3 sujets à la fois et parfois plus.

Les habitudes santé bénéfiques pour la mémoire (à venir)

Les habitudes pédagogiques bénéfiques pour la mémoire 1 (à venir)

Les habitudes pédagogiques bénéfiques pour la mémoire 2 (à venir)

Mon histoire “Droit et Santé”

Avant de faire du Droit, j’avais pour ambition de devenir médecin urgentiste. J’ai toujours été fasciné par le corps humain. Pourquoi est-ce que j’ai mal à la tête ? Comment le corps cicatrise-t-il ? Comment fonctionne le sommeil ? Que faut-il manger pour se sentir bien ? Quelle est la pratique sportive idéale ? etc.

Finalement, j’ai choisi le Droit. Sans pour autant me détourner de la santé. Pendant longtemps je n’ai eu qu’une approche ” allopathique” (médecine classique). C’est-à-dire que le symptôme est le critère pour déterminer la bonne ou mauvaise santé. Un mal de tête ? Plutôt mauvaise santé. Pas de fièvre ? Plutôt en bonne santé.

Mais un jour, je me suis rendu compte que cette approche n’était pas toujours la bonne. En particulier s’agissant des “maladies” et de la santé. La médecine “conventionnelle” ou classique est très performante pour toutes les opérations chirurgicales. En revanche, s’agissant des problèmes de santé chroniques, c’est une catastrophe (je vais développer mon point de vue, pas de panique).

De l’allopathie à la santé naturelle

Il y a environ 2 ans, j’ai découvert ce que l’on nomme l’hygiénisme ou le vitalisme. Ce sont des courants de pensée (ou dogmes) de santé à l’opposé de celui de l’allopathie. L’allopathie repose sur le principe que le symptôme est un dysfonctionnement du corps qu’il faut corriger. Alors que l’hygiénisme et le vitalisme affirment que le corps humain fonctionne parfaitement. Le symptôme est alors un signal qui informe que le corps n’est pas placé dans les conditions optimales. Un mal de tête peut correspondre à un manque de sommeil, une diarrhée à une mauvaise alimentation, etc.

Par conséquent, dans l’hygiénisme il n’est pas question de s’attarder sur les conséquences (les symptômes) mais sur les causes (mode de vie, agents extérieurs). Cette vision est aujourd’hui celle que je te présenterai dans mes articles et mes vidéos.

De la maladie à la santé

Un “malade chronique”

Je suis né asthmatique et allergique aux poils d’animaux, à la poussière et à l’oeuf. Petit j’avais de l’eczéma et j’ai développé de nombreuses allergies alimentaires ou non (pollen, kiwi, arachide, sarrasin, cèpes, etc.). Au total, j’avais une quinzaine d’allergies. Ma vie était plutôt compliqué. Je ne mangeais jamais comme tout le monde à la cantine ou dans les anniversaires. Je me souviens venir en classe avec mes choco B.N. pendant que les autres mangeaient du gâteau au chocolat. Je devais également enlever la dorure des croissants et des pains au chocolat. Bref. Je ne vivais pas tout à fait comme tout le monde.

Mais pour moi c’était tout à fait normal. J’avais toujours connu ça et les médecins disaient que je vivrai probablement toujours de cette manière. Avec des allergies on s’habitue à demander ou regarder les ingrédients sur les emballages, à manger différemment des autres, à s’accommoder d’un repas de frites à Mc Do (il y a des œufs dans les sauces des burgers et dans la panure des nuggets).

Bon j’arrête ma complainte car j’ai tout de même eu une enfance heureuse. Là où je veux en venir, c’est quant à l’évolution de mon état de santé.

Des changements dans mon mode de vie

Il y a quelques années, j’ai entamé ce que l’on appelle des “réformes” dans mon mode de vie. J’ai commencé à tester le jeûne intermittent. Je le pratique depuis maintenant 3 ans environ.

Ensuite, je suis allé plus loin. J’ai pratiqué la méthode Wim Hoff qui combine exercices de respiration et douches froides. J’ai commencé également à me baigner dans la Manche l’hiver (l’eau est à une température de 10 degrés environ). Je faisais toujours plus de sport jusqu’à me surentraîner. Je suis tombé malade et je n’ai pas pu retrouver la forme avant presque 3 mois.

Enfin, depuis 1 an et demi, je complète mon alimentation avec jus de légumes. Ce qui me permet d’avoir un apport nutritionnel suffisamment important.

Tous ces changements m’on permis de faire “disparaître” mon asthme, mon eczéma et la quasi-totalité de mes allergies alimentaires. J’ai également une énergie suffisamment importante pour cumuler un emploi, une activité entrepreneuriale, du sport et une vie sociale riche.

Donc pour conclure, études de droit et santé vont de paire. Il n’est pas possible de les traiter à part si l’on souhaite aller loin.