Mémoriser des arrêts

Comment apprendre 50 arrêts en 2h ?

Objectif raisonnable ou utopie ?

Une promesse ambitieuse sans aucun doute. Mais après tout tu fais des études de droit non ? Tu es donc ambitieux par nature, je me trompe ? Bien, maintenant que tu acceptes l’idée (et ce n’est pas facile je sais), nous allons voir comment mémoriser des arrêts pour être capable d’apprendre 50 arrêts en 2h. Oui 25 arrêts par heure, 12-13 arrêts par demi-heure, 6 arrêts par quart d’heure, soit un arrêt tous les 2min30.

Pas mal non ?

Et tu sais quoi ? En plus c’est marrant.

Mémoriser des arrêts

La méthode

Le contenu que l'on apprend avec cette méthode

Mais concrètement qu’apprend-on vraiment avec cette technique ?

Lorsque l’on souhaite mémoriser des arrêts, il est nécessaire d’apprendre plusieurs types d’informations :

  • nom de la juridiction

  • formation de la juridiction (parfois)

  • la date de la décision : jour, mois et année (JJ/MM/AAAA)

  • le nom de l’arrêt (surtout en droit public, mais de plus en plus en droit privé) : à mon avis c’est un atout, mais pour certains c’est une information supplémentaire.

  • la solution de l’arrêt (parfois il s’agit même de raisonnements juridiques)

  • l’apport de la décision (s’il est différent de la solution, ou complémentaire)

En résumé, un étudiant doit apprendre des abréviations, des dates, des phrases, des raisonnements, etc. Pour un arrêt, il faut mémoriser entre 3 et 6 informations totalement différentes. Si je reprend notre exemple des 50 arrêts en 2h, cela signifie que tu devrais apprendre entre 150 et 300 informations en 2h, soit 75 ou 150 par heure, 37 ou 75 par demi-heure, soit une information toute les 30 secondes ou 1 minute.

Tout de suite, cela te semble plus accessible ? Essaie donc de mémoriser 6 arrêts en un quart d’heure avec ta technique actuelle, et essaie le lendemain de te souvenir des 6 sans erreurs.

Ensuite, reviens sur cet article pour découvrir la technique que je te propose (ajoute bien la page dans tes favoris pour être sur de la retrouver facilement).

Mémoriser des arrêts : le bilan de ta technique ?

 

Re-bonjour ! Alors ta technique a-t-elle été à la hauteur ? Oui ? Hé bien ne perds pas ton temps à procrastiner en lisant cet article. Tu peux retourner apprendre tes arrêts en toute quiétude.

Quoi ? Ta technique n’a pas vraiment fonctionné ? C’est normal ne t’en fait pas. Moi non plus je n’y arrivais pas avant d’élaborer celle que je vais te présenter (je tiens à préciser que je n’ai rien inventé, seulement su adapter et combiner différentes techniques de mémorisation). Mémoriser des arrêts n’est pas une chose anodine. Cela demande en premier lieu une bonne méthode. Simple et efficace.

Je vais maintenant t’expliquer comment je procède lorsque je dois mémoriser une farandole d’arrêts rapidement et avec amusement. Après cela, tu ne verras plus le Droit de la même manière, je te le garantit.

Prêt ? Hé bien c’est parti… STOP

Avant de commencer, nous avons quelques préliminaires. Ce serait trop beau. Une méthode miracle que l’on apprend en lisant quelques lignes et qui nous permet de mémoriser des arrêts en un claquement de doigts ? Sérieux?

Ne rêvons pas trop, tu vas devoir en premier lieu comprendre, puis assimiler la méthode. Ensuite l’expérimenter, la tester pour enfin l’adapter au mieux à ta manière de mémoriser (notre esprit peut fonctionner de manière légèrement différente selon les individus).

Les étapes préalables pour mémoriser des arrêts

Lister les arrêts avec toutes les informations à mémoriser

La toute première chose que tu dois faire c’est de lister et de regrouper tous les arrêts que tu dois mémoriser. L’intérêt est d’abord d’avoir une idée du volume d’informations à apprendre. Par ailleurs, procéder ainsi aura un grand avantage pour l’application de la méthode qui va suivre.

Les arrêts ne doivent pas être répertoriés et listés de manière arbitraire. Ils sont regroupés par thèmes ou sous-thèmes. Cette étape est très importante. Les groupes d’arrêts que tu formes doivent être constitués d’environ 15 à 20 arrêts en principe (mais il n’y a aucun chiffre “officiel”).

Remarque : Tu pourras également scinder tes plus long voyages (pour le voyage mental voir la suite) en 2 ou 3 parties, afin de répartir 2 ou 3 groupes d’arrêts tout en les distinguant suffisamment. Laisse libre court à ton imagination.

Sélectionner des lieux et des voyages mentaux

La mémoire des lieux est sans doute l’une des mémoires les plus puissantes et des plus utilisées. Elle remonte à l’Antiquité. Pour preuve Cicéron rappelle ainsi au sujet de la mémoire que :

« …pour exercer cette faculté du cerveau, doit-on, selon le conseil de Simonide, choisir en pensée des lieux distincts, se former des images des choses qu’on veut retenir, puis ranger ces images dans les divers lieux. Alors l’ordre des lieux conserve l’ordre des choses ; les images rappellent les choses elles-mêmes. Les lieux sont des tablettes de cire sur lesquelles on écrit ; les images sont des lettres qu’on y trace. » De oratore, LXXXVI, 351-354.

Tu connais désormais le principe de la méthode. Maintenant nous allons voir les détails. Comment concrètement nous allons pouvoir mémoriser des arrêts dans des lieux grâce à des images.

Pour commencer, il y a un voyage que tu connais très bien. Celui que tu empruntais lorsque tu étais petit pour aller à l’école. Visualise-le, tu pars de chez toi et tu marches en accélérer jusqu’à l’école (voyage mental). Tu verras que le niveau de détails et de précisions peut-être très important. On est même capable de s’arrêter, de repartir en arrière, voire de faire le chemin totalement à l’envers.

Il existe également un lieu que tu connais parfaitement : ta maison ou ton appartement. Dans ce cas visualise pièce par pièce : ta chambre, la salle de bain, l’escalier s’il y en a un, la salle à manger, la cuisine, etc. Tu peux y ajouter le jardin également si tu en possèdes un.

Maintenant que nous avons les lieux et voyages, ceux-ci vont devoir être divisés en plusieurs « étapes ». Prenons l’exemple de la street view de Google. Lorsque tu es sur Google Maps en mode street view tu peux te déplacer à l’aide de flèches directionnelles, mais seulement point par point. Tu passes d’étapes en étapes. Il s’agit exactement de la même chose dans notre cas. Sur le chemin de l’école il y a plusieurs carrefours (au sens du code de la route évidemment), il y a des boutiques, une église, etc. A chacun de ces endroits, tu peux t’arrêter pour faire une étape. Normalement, à chaque étape nous sommes également capables de visualiser en détails et à 360°, comme dans la street view.

Le principe est le même pour les lieux. Ta maison est constituée de différentes étapes (les pièces), et dans chacune d’elles tu as également des étapes intermédiaires (lit, bureau, armoire, porte, fenêtre, etc.).

Répertorie tous ces lieux et voyages (il t’en faudra au moins autant que tu as de thèmes et sous-thèmes). Note le nombre d’étapes que chacun comporte.

Relier les thèmes ou sous-thèmes à un lieu ou voyage mental

Reprenons les thèmes et sous-thèmes que tu as dégagé de ta liste d’arrêts. Un nombre est attribué pour chacun. Idem pour les lieux et voyages mentaux. Tu as saisi ? Tu associe un thème à un voyage pour lesquels le nombre d’arrêts correspond le plus au nombre d’étapes. La règle est de mémoriser un arrêt par étape. Pour commencer, je pense que c’est plus raisonnable. Peut-être que par la suite tu pourras mémoriser 2 ou 3 arrêts dans une même étape. Mais pour l’instant on y va doucement.

La méthode de mémorisation

Les préliminaires sont terminées. Nous allons désormais passer à l’action. Es-tu prêt à faire le grand saut ? J’en suis sur. Tu en meurs même d’impatience (j’adore faire monter un peu le suspens).

1 : sélectionne un thème et le voyage ou lieu associé.

2 : concentre-toi sur le premier arrêt de ta liste (du thème sélectionné)

3 : converti chaque élément de l’arrêt en images mentales

Nous allons maintenant nous concentrer sur les images mentales. L’idée ici, est de convertir une information froide (Civ. 2Ème, 12 mars 1956, compétence des juridictions administratives, etc.) en une donnée chaude (un personnage de film, un héros de dessin animé, un objet de la vie quotidienne, etc.). Un peu comme lorsque l’on converti un fichier sur notre ordinateur.

Ensuite, associe ces images, mets-les en mouvement afin de constituer une scénette. Cette scène mentale est enfin ancrée dans la première étape de ton voyage. Il ne te reste plus qu’à faire la même chose pour le reste de tes arrêts.

Pour être sur que tu saisis bien la méthode, tu trouveras des exemples ici :

Pour aller plus loin...

Découvre comment réviser en quelques semaines des centaines de pages, et obtenir une mention sans ouvrir une seule fois son code en partiels.