was successfully added to your cart.

Panier

Le blog du juriste de base

11 ans de Droit : ne jamais abandonner

By 15/11/2020 2 Comments

11 ans de Droit : ne jamais abandonner

11 ans de Droit est l’histoire de Maud, une étudiante comme les autres. Elle n’a rien d’exceptionnel à première vue.

Aucun avantage sur personne : aucune prédisposition, aucun contact particulier. Absolument rien. Hormis son mental d’acier.

Le parcours de Maud (faux prénom mais histoire vrai) commence il y a donc 11 ans.

Elle obtient son bac ES avec mention et s’apprête à entamer ses études de Droit dans une faculté prestigieuse de Paris.

Fait rare pour une étudiante de L1, elle a déjà son projet professionnel précis. Devenir Notaire. Elle ne lâchera plus jamais son objectif désormais.

Pour y parvenir, Maud doit d’abord obtenir une licence de Droit. Ensuite, elle devra obtenir un Master 1 Droit notarial et enfin être sélectionné dans un master 2 Droit notarial (la sélection se faisait à ce niveau pour elle).

11 ans de Droit seront toutefois nécessaire dans son cas contre 5 sans accidents de parcours. Je te raconte ci-dessous son histoire !

La licence

La L1

La licence de Droit est un passage redouté par tout étudiant de Droit. En effet, il s’agit d’appréhender une nouvelle discipline ayant ses propres codes et méthodologie en seulement quelques semaines.

Dans le cas contraire, les mauvais résultats s’accumulent très rapidement. Ce fut le cas de Maud. 

Les premiers résultats étaient catastrophiques. Toutes ses notes ou presque étaient inférieures à 10/20. Ses meilleures notes frôlaient la moyenne. Le premier semestre est terminé. Maud a 8,5 de moyenne… Elle s’est confronté aux rattrapages pour la première fois (mais pas la dernière).

Malgré un travail acharné toute l’année, Maud ne parviendra pas à renverser suffisamment la tendance au second semestre. Elle doit redoubler sa L1.

Son premier redoublement, une épreuve toujours difficile. Je sais de quoi je parle. On se sent rejeté par la “communauté” des élèves qui n’ont jamais redoublé. Jusqu’ici, les redoublants étaient des marginaux, des personnes différentes, “les autres”.

Il va falloir accepter d’avoir “échoué”. Faire face à ses échecs, ce coup manqué. Pour aller ensuite de l’avant.

La seconde L1

Forte de cette première année, Maud connaît désormais ses axes d’amélioration : la méthodologie et l’apprentissage. Elle investit alors son énergie dans les méthodologies du commentaire d’arrêt, du cas pratique  et de la dissertation.

Elle s’entraîne toutes les semaines à ces exercices afin de s’améliorer. Les résultats commencent à se faire ressentir. Elle augmente nettement ses résultats qui tournent tous autour de la moyenne. Elle valide tout juste son premier semestre. Le second semestre sera meilleur encore.

En parallèle, Maud effectue son premier stage dans un cabinet d’avocat. A défaut d’être acceptée dans une étude notariale.


La L2

Désormais sur sa lancée, plus rien ne semble arrêter Maud. Elle affronte avec sérénité (ou presque) le

droit des obligations, le droit administratif et le droit pénal. Son année est étrangement validée facilement. 

En réalité, le travail fourni l’année passée porte ses fruits. Elle a également acquis une capacité de travail plus importante. 
Elle doit toutefois passer à nouveau aux rattrapages pour valider son année !

La L3

Confiante des deux dernières années de réussite, Maud se surprend à rêver. Elle pourrait vraiment devenir notaire. Dans seulement 3 ans si tout va bien. Elle serait alors à mi-chemin.

Une fois la licence obtenue, 2 années de master à valider puis ensuite l’école de notariat. 8 ans au total au lieu de 7 prévus initialement. Cela est vraiment correct.

Malheureusement, elle n’avait pas prévu que cette L3 serait si difficile. La chute fut encore plus brutale : Maud ne validera pas sa L3 cette année-là. A nouveau, elle va devoir redoubler (malgré les rattrapages).


La seconde L3

Déjà 4 années de Droit et pas encore de licence. Maud commence à se poser des questions. Elle reste déterminée à devenir notaire. Mais le chemin semble être semé d’embûches. Bien plus que prévu.

Heureusement, elle possède un bagage de plusieurs années d’arts martiaux et de sport de combats. Elle a forgé un mental d’acier. Résistant à toutes épreuves. 

Elle décide d’effectuer un second stage en cabinet d’avocat en parallèle de ses études. Elle passe également son permis.

Elle poursuit l’aventure coûte que coûte. Il n’est pas question de baisser les bras. Elle valide par conséquent son année et donc sa licence.

Le travail finit toujours par payer !


Le master 1

11 ans de Droit

Maud n’est pas encore arrivée à 11 ans de Droit. Elle n’en ait qu’à sa 6ème année.

L’année de master 1 est une année plus déterminante encore que les autres. Elle permet de te révéler dans ton domaine (celui de ton projet professionnel) d’une part. Les résultats de cette année compteront pour la majorité dans ta sélection en master 2 (avant le changement de la législation sur la sélection en master).

En moyenne, pour un master 2, il y a 400 candidatures pour 25-30 places. Pas besoin d’être un génie pour deviner que ce sera très compliqué d’obtenir sa place.

Plusieurs de mes amis se sont retrouvés sans rien à la fin de leur master 1. Pourtant, leurs notes ont toujours été correctes et certains n’avaient même jamais redoublés !

Sans surprise, l’année est terrible. Etant donné que les candidatures de M2 débutent avant la fin de l’année. Seules les notes du premier semestre sont pris en compte dans ses candidatures. Elle a obtenu une moyenne de 11,5/20. Une note honorable. Mais insuffisante pour obtenir le master de Droit notarial dont elle rêvait.

Cette fois-ci elle obtient son année mais n’a plus rien de prévu derrière. Le grand vide sans pour autant avoir atteint son objectif. Une nouvelle épreuve encore à affronter.

Contrairement à certains concours, les tentatives pour intégrer un M2 sont illimitées.
Elle bâtit alors une nouvelle stratégie : déposer une candidature chaque année jusqu’à y être accepté. Evidemment, pour augmenter ses chances de succès, elle ne reste pas les bras croisés.


La dernière ligne droite : 11 ans de Droit

Giving everything she’s got to look great this summer

Maud intègre cette année-là l’école des clercs de notaire pour obtenir son diplôme de clerc en alternance. Elle met déjà un pied dans la profession.
Elle tente à nouveau le M2 sans succès pendant 2 années de suite, ne pensant rien faire de plus que d’accumuler les années d’expérience.

Puis, au détour d’une conversation avec une collègue, elle apprend qu’il existe une voie détournée pour obtenir le M2 qu’elle convoite. Les diplômes universitaires (DU).

Ces DU sont difficiles mais obtenir une mention dans l’un d’eux assure ton entrée en M2 en principe. Elle tente le premier en droit immobilier (sa spécialité). Le fonctionnement et les attendus sont différents de la fac et du monde professionnel. Elle cherche ses marques. Mais elle n’a que 6 notes dans l’année. Un chargé de TD prend en charge la correction d’un devoir.

Devoir faisant référence à un cours dont il n’a aucune connaissance. Sur des sujets opérationnels alors qu’il n’a jamais été sur le terrain. Un universitaire “pur souche”. Evidemment, la moyenne de la promotion fut en dessous de 10. Y compris la note de Maud.

Son année a été “flinguée” sur cette note. Elle a obtenu 11 au lieu de 13. Elle est dépitée. Elle pleure toutes les larmes de son corps. Puis tente à nouveau sa chance en M2. En vain. Elle n’est pas admise.

Nouveau refus (le 4ème).

Elle redresse finalement la tête. Elle se dit qu’il y a deux autres DU. Elle tente alors le second dans la même optique.

Cette fois-ci dans un domaine qu’elle connaît assez peu : le droit des sociétés. De vagues souvenirs de licence, rien de plus.

Je dois mentionner qu’elle travaille toujours en parallèle de la préparation de ses DU. Elle se penche donc sur ses cours le soir chez elle ou bien le WE. Elle sacrifie des soirées et des journées entières pour atteindre son rêve : devenir notaire.

Cela fait maintenant 10 ans qu’elle a débuté ses études de Droit (bientôt 11 ans de Droit). Mais elle n’a qu’un seul mot d’ordre : Never give up !

Elle obtient son DU avec mention. Son rêve va-t-il enfin se réaliser ? Va-t-elle enfin obtenir à 29 ans son entrée en master 2 ?

Oui, enfin ! Le master 2 lui annonce qu’elle est acceptée. Elle va enfin pouvoir avancer. Poursuivre son parcours et réaliser son rêve.

L’histoire s’arrête là car Maud commence son M2 ce mois-ci. J’espère que ce récit t’aura plus. N’hésite pas à me poser des questions ou à Maud directement dans les commentaires ci-dessous ou par message privé (damien @lesystemeb.fr).

5 2 votes
Évaluation de l'article
Damien

Author Damien

Administrateur du site. Retrouve moi sur Instagram et découvre les coulisses de la communauté : https://www.instagram.com/le_juriste_de_base/

More posts by Damien
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Hillion
Hillion
15/11/2020 15 h 28 min

Vous êtes l’exemple de la persévérance et je salue votre courage. Vous êtes l’exemple de ceux qui croient envers et contre tous en leur projet. Vous êtes indéniablement quelque d’extrêmement forte , un mental d’aciers, vous irez très loin parce qu’avec ce type de mentale vous n’aurez jamais peur de l’efforts et surtout de l’échec et dans la pratique ça se ressentira. Encore un félicitation pour votre Master 2

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
facilisis sem, non porta. dapibus Donec Curabitur Praesent nunc luctus