was successfully added to your cart.

Panier

Uncategorized

Le mur de Berlin des étudiants de Droit

By 09/11/2019 No Comments

Le mur de Berlin des étudiants de Droit

mur de Berlin des étudiants

mur de Berlin des étudiants

Ce Week-End, nous fêtons les 30 ans de la chute du mur de Berlin. L’histoire de ce mur est célèbre dans le monde entier. Pourtant, on néglige souvent celle d’un autre mur néfaste lui aussi. Celui que l’on construit dans son esprit.

Il porte le nom d’impuissance apprise. Ce concept est théorisé dans les années 70 par Martin Seligman. Puis il a été repris et rendu populaire ces dernières années par Idriss Aberkane (conférences et son ouvrage Libérez son cerveau).

Qu’est-ce que l’impuissance apprise ?

impuissance apprise

Wikipédia nous indique que : “L’impuissance apprise (impuissance acquise ou résignation acquise) est un sentiment d’impuissance permanente et générale qui résulte du vécu d’une personne.
Ce sentiment est provoqué par le fait d’être plongé, de façon durable ou répétée, dans des situations (factuellement nuisibles, mais aussi bénéfiques) en lesquelles l’individu ne peut agir et auxquelles il ne peut échapper. L’impuissance apprise se rapproche de la dépression, de l’anxiété, et du désespoir, et est corrélé à ces types de souffrances psychiques.”

En d’autres termes, nous avons le sentiment d’être nul.

En quoi cela concerne les étudiants de Droit ?

mur de Berlin des étudiants

Les études de Droit sont un exemple parfait. A la fac, nous recevons des notes et des appréciations tout au long de l’année. Chaque semaine, des personnes formulent des remarques et des jugements à notre encontre. Nous subissons ainsi de façon durable des situations factuellement nuisibles. Et malheureusement, nous ne pouvons pas toujours agir. Nous sommes comme pris au piège. Pour certains, cela se traduira par des dépressions, de l’anxiété ou du désespoir.


Si vous en doutez, je vous invite à me contacter. Je serais ravi de vous partager la détresse des étudiants qui me contactent chaque semaine.

L’actualité des 30 ans du mur de Berlin m’offre la possibilité d’imager la situation. Imaginez que vous habitez Berlin-Est. Votre quotidien est plutôt difficile et exempt de divertissements (je caricature volontairement). En face, de l’autre côté du mur, vous apercevez la vie telle qu’elle pourrait être si vous réussissiez plus au quotidien. Si les situations que vous rencontrez étaient plus positives.
En somme, si au lieu de recevoir des notes inférieures à la moyenne, des dénigrements et mépris, vous receviez des encouragements, des corrections constructives et des conseils pour progresser. Il est certain que vous ne vous sentiriez pas “nul”, “incapable” ou “incompétent”.
Vous auriez une motivation, une détermination et surtout une confiance en vous suffisamment importante pour franchir ce mur.

Comment franchir le mur de Berlin des étudiants de Droit ?

mur de Berlin des étudiants

Pour passer ce cap, c’est-à-dire ce mur qui nous sépare de la réussite, il existe plusieurs voies. Pour certains, il suffira d’escalader cette muraille. D’autres préféreront emprunter des tunnels souterrains. Enfin, il y a ceux qui le démoliront.
Je vous exposerez donc quelques pistes dans cet article.
L’important est de redorer son blason. La confiance en soit en indispensable. Pour cela, il existe des dizaines de conseils. Mais il y a pour autant un principe assez simple à retenir. Il est important de rééquilibrer la balance entre les aspects positifs (ses compétences) et négatifs (le feed-back des “autres”).
Par exemple, nous pouvons lister les 10 réalisations dont nous sommes le plus fier (défis relevés, aide apportée à une personne, diplôme obtenu, etc.).

Il faut savoir également que nous sommes plus réceptif au négatif qu’au positif. En effet, le négatif est souvent synonyme de mort dans la nature. Par conséquent, les éléments positifs doivent être les plus forts possibles pour avoir une chance de contrebalancer les négatifs.
Une autre approche consiste alors à réduire tout simplement en volume et en intensité les expériences négatives. Par exemple, décrédibiliser au maximum un chargé de TD qui tiendrait des propos méprisants de manière régulière (Petite réflexion personnelle : ne serait-ce pas une forme de harcèlement moral ?).
Ou encore, comparer ses notes à celle de la moyenne générale plutôt qu’à la première personne de la promo.

Une fois ces premières fondations construites, autorisez-vous à commettre des erreurs. Si cela peut vous aider, voici un article qui recense des inventions ou découvertes survenues à la suite d’une erreur.

Plus vous serez amené à vous tromper, plus vous progresserez.

Si vous souhaitez enrichir cet article, je vous invite à le commenter directement. Je suis également à votre disposition pour échanger sur le sujet par mail : damien @lesystemeb.fr

Damien

Author Damien

Administrateur du site. Retrouve moi sur Instagram et découvre les coulisses de la communauté : https://www.instagram.com/le_juriste_de_base/

More posts by Damien

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des